Vous êtes ici

N'oubliez pas vos racines !

Cultures ornementales
28.09.2021
À l'approche du printemps, alors que les lignes de semis, de repiquages et de rempotages sont en pleine croissance, la santé des racines est encore plus primordiale.

À l'approche du printemps, alors que les lignes de semis, de repiquages et de rempotages sont en pleine croissance, la santé des racines est encore plus primordiale.

Les maladies racinaires causées par l’oomycètes pathogènes Pythium et le Phytophthora sont particulièrement difficiles à maîtriser. Bien qu'elles partagent quelques caractéristiques avec les champignons, certains aspects de leur biologie et de leur biochimie sont différents, ce qui implique que seuls certains fongicides, tels que Subdue, ont un mode d'action capable de les contrôler.
Certaines variétés de Pythium et Phytophthora se développent mieux à des températures diverses : quelques espèces de Pythium ont la capacité à proliférer à moins de 15°C.

Lutte culturale

Ces oomycètes se propagent facilement dans l'eau - y compris dans les milieux de culture trop humides et dans les systèmes d'irrigation, surtout s'ils recyclent l'eau - le contrôle cultural commence donc par une bonne gestion de l'irrigation.
Il est essentiel d'éviter l'arrosage excessif et d'utiliser un milieu de culture à drainage libre. L'eau provenant de sources autres que le réseau ou les forages, par exemple collectée sur les toits des serres ou les eaux de ruissellement des pépinières, ou recyclée, doit être traitée ou passer par un filtre à sable lent et faire l'objet d'analyses régulières pour détecter la présence d'oomycètes ou autres agents pathogènes des racines. Des kits de diagnostic à flux latéral sont disponibles pour Phytophthora. 
Les parasites tels que les sciarides et les mouches de rivage doivent être contrôlés car ils peuvent disséminer les spores d'oomycètes et créer des lésions par lesquelles la maladie peut pénétrer ; tout débris végétal pouvant agir comme une source d'infection doit être éliminé. Ces agents pathogènes peuvent pénétrer dans votre pépinière via des semis ou des jeunes plants achetés. Vérifiez auprès de vos fournisseurs si les semis ou jeunes plants ont reçu un traitement préventif. Si vous cultivez sur tapis capillaire, désinfectez-les ou renouvelez-les régulièrement.
Les jeunes plantes ou les plantes récemment transplantées ou en pot sont les plus vulnérables au Pythium, bien que la "fonte des semis" ne se propage pas aussi facilement dans les lots maintenant que les plateaux cellulaires ont largement remplacé les plateaux traditionnels.

Ce qu'il faut rechercher

Tout symptôme au-dessus du sol, tel que le flétrissement ou le jaunissement des feuilles, est suspect car il pourrait signifier un dommage aux racines qui empêcherait la plante d'absorber suffisamment d'eau ou de nutriments.

Variétés impactées

La chlorose, le flétrissement, le rabougrissement ou l'effondrement complet sont généralement les premiers signes d'une infection par Pythium. Les semis peuvent ne jamais émerger, ou le faire de manière inégale, tandis que les boutures infectées risquent ne pas s'enraciner. Les jeunes plants légèrement infectés peuvent aussi de ne pas atteindre un niveau commercialisable après la mise en pot et la croissance. Les infections provoquent souvent une décoloration brune visible sur les racines qui tend à émerger à l'extrémité des racines.
Les plantes à massif sujettes au Pythium concernent l'antirrhinum, l'alyssum, le lobelia, le tagetes. Pour les plantes en pot, les variétés sensibles sont le cyclamen, le fuchsia, le pélargonium et le poinsettia.
Le phytophthora est moins fréquent que le Pythium dans les plantes ornementales protégées, mais il peut infliger davantage de dégâts. Il a tendance à attaquer les plantes plus matures, endommageant les tissus des racines et de la couronne provoquant le jaunissement ou le flétrissement des feuilles.
Le cinéraire, le dianthus, le pétunia, le tagète et la violette font partie des plantes à massif particulièrement sensibles aux pourritures des racines causées par le Phytophthora, tout comme les plantes en pot telles que l'hedera, le bellis, le fuchsia, l'impatiens, le poinsettia et le primula.

Symptômes

Une mauvaise croissance, le jaunissement, le brunissement des feuilles ou le flétrissement sont des signes révélateurs de racines endommagées par le Pythium ou le Phytophthora. Les racines infectées par Phytophthora peuvent être décolorées en brun ou en noir et peuvent être molles ou même détrempées. Lorsque le pathogène se déplace vers la base de la tige, les tissus peuvent également brunir ou noircir.
Le buis, les bruyères, le choisya, la cordyline, la bruyère, la lavande, le lilas, le pittosporum, le rhododendron, la viorne ainsi que d’autres variétés de conifères et d'arbres d'ornement sont sensibles aux pourritures racinaires et basales du Phytophthora.
Les symptômes des feuilles et des tiges du matériel de pépinière attaqué par Pythium sont similaires à ceux des infections par Phytophthora. La pourriture des racines peut apparaître, sous la forme d'une décoloration grise ou brune, uniquement à l'extrémité des racines. L'infection peut se propager dans la couronne des espèces herbacées.
Bien choisir votre traitement !

Voir les solutions Syngenta Pro
- Santhal™