Vous êtes ici

Hannetons

Hannetons

Ravageurs

nuisibilité

4

Hanneton Horticole (Phyllopertha horticola)


Le hanneton horticole est le plus commun des espèces de hannetons.

Avec son apparence plus verte et plus petite, les adultes sont moins visibles, comparés au hanneton commun ou au hanneton de la saint jean.

Les adultes mesurent généralement moins de 10 mm de long, avec des ailes brunes/vertes et une tête vert bouteille.

On les trouve le plus souvent fin mai ou en juin, en fonction des températures.

Les larves deviennent des adultes en 10 jours, volant fréquemment entre 10 et 12 heures du matin par temps ensoleillé.

Les œufs sont pondus en groupes de 2-6 œufs à 10 cm sous la surface du sol. Les femelles pondent 10 à 50 œufs au cours d'une saison.

Les hannetons horticole ont un cycle de vie d'un an, les larves progressant rapidement jusqu'au troisième stade à l'automne, pour émerger l'été suivant. Les larves sont plus petites, jusqu'à 15 mm à l'émergence.
 



Hanneton Commun (Melolontha melolontha)


Les adultes mesurent environ 30 mm de long avec des enveloppes d'ailes brunes, des éclairs blancs sous les ailes, une tête noire et des antennes plumeuses.


Les adultes apparaissent généralement entre avril et juillet, en fonction des températures du sol au printemps.


Les hannetons communs sont en grande partie nocturnes, et peuvent souvent être identifiés par leur activité autour des lumières.


Les adultes s'accouplent pendant la nuit en s'abritant sur les buissons et les arbres.


Les femelles pondent leurs œufs à 5-10 cm de profondeur dans le sol, déposant des grappes régulières d'œufs dans des zones appropriées sur une période de plusieurs jours. Lorsque les conditions du sol s'y prêtent, les hannetons communs reviennent chaque année aux mêmes endroits.


Les hannetons communs ont un cycle de vie de trois ans (ci-dessous), les larves se déplaçant de haut en bas dans le profil du sol tout au long de l'année ; elles muent et deviennent progressivement plus grandes à chaque saison. Les hannetons sont les plus grandes larves au troisième stade, à environ 30-35 mm.


Hanneton de la Saint Jean (Amphimallon solst)


Le hanneton d'été ressemble davantage au hanneton commun, mais il est nettement plus petit (15 à 20 mm de long).

Il possède une gaine alaire (élytre) de couleur brun moyen et un pronotum (protégeant la tête) sombre et poilu.

Les adultes volent généralement plus tard dans la saison, entre juin et août, et sortent généralement au crépuscule.

Les femelles pondent des œufs dans le sol, avec seulement deux lots pondus.

Le hanneton d'été a un cycle de vie de deux ans d'activité larvaire.
 

 

Larve de Hanneton

 

 


Les larves de hanneton de toutes les espèces ont une apparence similaire de ver blanc ; elles diffèrent principalement par leur taille et la vitesse à laquelle elles passent par les trois stades, de l'éclosion à l'émergence de la chrysalide.


Les larves se déplacent dans le profil du sol en fonction des conditions du sol, notamment la température et les niveaux d'humidité.

Les larves se nourrissent de racines et de matières organiques. Une alimentation intensive peut laisser le gazon cisaillé et s'enrouler, comme un tapis.

Les dommages causés aux racines du gazon limitent la capacité des plantes à absorber l'eau et les nutriments, ce qui entraîne une croissance faible, une sensibilité accrue au stress et à d'autres problèmes et, finalement, la perte de la plante.  

En cas de fortes infestations, les surfaces du sol peuvent sembler molles et spongieuses.

Les larves de hanneton sont également une source de nourriture de choix pour les blaireaux et les oiseaux, dont la recherche prédatrice pour déraciner les larves peut entraîner d'importants dégâts en surface.

La ponte des œufs adultes et les dommages subséquents causés par les larves - ainsi que l'activité des prédateurs - se produisent souvent sur les mêmes zones année après année.

Dégâts

Les différents stades de développement des hannetons dans le sol engendrent des dégâts sur les gazons : les larves, polyphages, s’attaquent notamment aux racines des graminées. Elles se déplacent en surface ou en profondeur, suivant la température extérieure. Les dégâts dans le sol et sur le gazon sont maximaux l’année qui suit la première ponte.